Offrir un animal pour noel ?

A l’approche des fêtes, on commence à se demander quoi offrir à ses enfants, ses amis, ses proches.

Et si cette année on cédait aux petits qui veulent un cocker comme dans Boule et Bill, un chat comme Grumpy, avec sa bouille tordante, ou un border collie pour faire de l’agility ? Et pourquoi ne pas offrir un nouveau chien à notre mère, qui se sent seule depuis que son chien est parti au paradis des puppies l’année dernière ?

Tout simplement parce que prendre un animal de compagnie, peu importe lequel, est un acte responsable qui doit être mûrement réfléchi.

Noël n’est clairement pas le meilleur moment pour ça !

Un animal n’est pas un objet de consommation

Contrairement au super château à construire qui faisait rêver votre fils l’année dernière et qui a fini sous le lit au bout de 2 mois au profit d’un jeu vidéo, le lapin ou le chien, lui, ne pourra pas être relégué dans le garage. En tout cas, il ne devrait pas…

Si finalement on s’aperçoit qu’un cochon d’inde, ça sent mauvais ou que le chien demande à être sorti même quand il pleut, si votre chat tombe malade au bout de 3 semaines et qu’il faut payer le vétérinaire, il n’y a pas de « repris ou échangé ».

Un animal est un être vivant, pas un objet.

La montée en flèche des abandons et le triste record européen de la France en la matière (Le palmarès de la honte) doivent être pris au sérieux et il est plus que temps que les gens se responsabilisent.

Réfléchir avant d’offrir un animal de compagnie pour Noël

Accueillir un animal dans sa famille doit être un acte réfléchi et responsable. Vous vous engagez pour 10 ans environ pour un chien, 15 ans environ pour un chat, jusqu’à 5 ans pour un lapin, 3 ans pour un hamster, 6 ans pour un cochon d’Inde…

Mon but ici n’est pas de vous faire peur, mais de parler objectivement, froidement de l’engagement que représente le fait de prendre un animal. Cela se calcule en temps, en argent, en sacrifice parfois.

C’est très humain de vouloir faire plaisir aux enfants ou à votre chéri. Mais ça doit être un choix mûrement réfléchi !

  • Du temps :

Toute la famille doit être prête à accueillir l’animal dans le foyer. Car, soyons honnêtes, les promesses des enfants sont illusoires. Ils ont beau y croire dur comme fer quand ils vont s’engager, il y a quand même fort à parier que dès qu’il va falloir changer la caisse du chat, dès qu’il va falloir se lever plus tôt ou lâcher son téléphone pour sortir le chien, le discours risque de changer radicalement.

C’est l’adulte qui va devoir gérer l’animal, en plus du quotidien déjà surchargé par le boulot, les tâches quotidiennes, les activités des enfants… Le risque est alors grand que votre animal se retrouve délaissé, bien malgré vous.

Je vous l’assure, avoir un jardin ou une grande maison ne suffit pas à rendre un chien heureux. Il aura besoin de vous au quotidien ! (Article comprendre et répondre aux besoins de mon chien).

Un lapin, un cochon d’inde, un hamster, aussi petits soient-ils, auront besoin de vous pour changer leur cage, pour vivre autre chose qu’une vie en cage 24/7.

  • Le coût.

-> On pense tout de suite à la nourriture, qui peut représenter un sacré budget en fonction de l’animal choisi. Il est possible que sa nourriture doive être adaptée aux besoins de sa race, de sa santé…Et une nourriture de qualité est un vrai atout pour garder son animal en bonne santé.

-> En parlant de santé, les frais vétérinaires sont un gros budget à prévoir : vaccins, vermifuge, stérilisation/castration et les inévitables maladies bénignes. Les maladies chroniques, les accidents, la vieillesse…Il faut y penser !

-> L’éducation d’un chien, si on veille à respecter ses besoins et son bien-être, ça passe souvent par l’aide d’un professionnel, qui vous donnera les clés pour bien comprendre votre chien, et même votre chat. Éducateur canin, comportementaliste…séance individuelle ou en groupe, tout cela a un coût.

-> Le gardiennage : vous partez en vacances sans votre animal. Etes-vous sûr d’avoir quelqu’un de fiable et de confiance pour lui confier Pitou ou Minette ? Les bonnes garderies existent, il faut prévoir le budget !

-> Hors de question de partir sans lui en vacances ? Fantastique ! Cependant, ayez en tête que certaines locations refusent les animaux ou demandent un supplément. Certaines activités leur sont interdites ou fortement déconseillées, il faudra en tenir compte !

Et si a la place…?

Vous doutez de vous ? Vous n’êtes plus tout à fait sûr que ça soit une bonne idée ou vous voulez tester pour savoir si le chien de vos rêves est vraiment comme vous l’imaginiez ? Pourquoi ne pas demander à garder le chien de vos amis pour une semaine entière, histoire de voir l’investissement que ça demande, découvrir la joie des poils sur le canapé, les griffes sur les coussins, les sorties nocturnes sous la pluie… ?  

Pourquoi ne pas ne pas devenir famille d’accueil auprès d’un refuge ? Que ce soit pour des animaux trop âgés ou à la santé fragile, ou pour des chatons trop jeunes pour être mis à l’adoption, cela peut-être une expérience enrichissante.

Pourquoi ne pas parrainer un animal dans un refuge ou un parc animalier ? Des organismes comme la SPA, WWF, le Zoo Parc de Beauval, vous en offrent la possibilité. Vous pouvez même adopter un koala en Australie, pour aider à sa réintégration en milieu sauvage ou lui offrir une vie agréable au sein de l’hôpital pour Koalas.

Un chien/chat au pied du sapin pour Noël !

Si tous les points abordés plus haut ne vous font pas peur et que Noël est juste l’occasion de concrétiser un projet qui a mûri depuis un moment au sein du foyer, c’est parfait. Parce qu’on est d’accord, un animal c’est aussi de l’amour, des jeux, de l’apprentissage et de beaux moments à partager.

Malgré tout, il vous reste encore quelques pièges à éviter !

  • Ne vous laissez pas influencer par les sirènes de la mode, qui poussent à avoir un berger australien qui saute dans des cercles en feu comme sur Internet ou un chat Maine Coon parce que c’est tellement élégant. La mode passe, les gens se lassent et on ne change pas de chat comme on change de téléphone (On ne devrait pas…)

-> N’oubliez pas que certains grands chiens sont super calmes alors que des petits gabarits sont très actifs. Un Maine Coon c’est beau mais ça demande un entretien quotidien pour ne pas finir avec un rasta qui sera en souffrance avec ses dreads locks…

-> Renseignez-vous bien, auprès de professionnels, sur les races adaptées à votre famille, à votre mode de vie, vos possibilités. Contacter des propriétaires d’animaux qui vous font envie pour en savoir plus sur la réalité quotidienne.

  • Prévoyez de passer au moins une semaine, 24/7, avec votre chien ou chat, si vous voulez créer dès le début une vraie connexion avec lui. Il lui faudra au moins ça pour comprendre que vous êtes devenu sa référence.
  • Le langage canin ou félin, ça s’apprend ! Petits ou grands, il est important de comprendre son animal et de tenir compte de ce qu’il nous dit.

On voit trop de vidéos « trop mimi » où Pitou se laisse grimper sur le dos, tirer les oreilles, tellement il est « content » de « jouer » avec un enfant. Et quand on ne sait pas lire son chien, aussi patient soit-il, on frôle les accidents ou on maltraite son animal. Ni plus ni moins. Soyez un propriétaire et un parent responsable, apprenez à respecter et faire respecter votre animal, qui vous le rendra au centuple. (Les ateliers PECCRAM sont là pour vous aider).

Il est important de connaître l’espèce, la race, ses spécificités, ses besoins, pour savoir au mieux s’en occuper. Cela vaut pour tous les animaux de compagnie, traditionnels ou NAC.

  • Reste à savoir où prendre son animal. Et c’est un point primordial !

-> « Adopt don’t shop ». Ce slogan vous parle ? Les refuges débordent d’animaux de toutes sortes, abandonnés principalement chaque été par des gens qui n’avaient pas réalisé que partir en vacances ça allait devenir moins simple. En privilégiant l’adoption, on redonne une chance à un animal qui n’a pas encore trouvé son Humain pour la vie. Ce très beau geste mérite aussi qu’on y réfléchisse. L’animal arrive déjà avec un bagage, il va falloir faire avec et il serait d’autant plus cruel de s’en débarrasser au bout de quelques mois. Un bon refuge vous demandera votre mode de vie etc…pour vous proposer un animal qui vous correspondra.

-> N’achetez pas un chien/ un chat/… de race sur le bon coin ou craiglist. Il est clairement établi que cela participe au trafic d’animaux. Des gens se font passer pour des particuliers qui ont une portée à vendre. En fait, il s’agit d’un trafic européen, avec des animaux sevrés trop jeunes, de faux papiers de santé et qui développeront des maladies ou des tares. Méfiez-vous des belles annonces qui font rêver. D’autres animaux ont été volés et sont revendus par ce biais. Un chien/chat de race en bonne santé et avec des origines garanties coûte cher et vient d’un élevage sérieux. Faites des recherches, demandez à voir les parents et les documents obligatoires de santé et de race. Si vous sentez la moindre réticence, faites demi-tour, qu’il s’agisse d’un élevage de votre région ou du Net.

-> Un animal vendu sur Internet provient potentiellement de propriétaires qui ne stérilisent pas leurs animaux. Ce n’est pas rendre service à la cause animale que de leur montrer qu’il y aura toujours quelqu’un pour récupérer les petits (ou que les refuges s’en chargeront). Faites un choix éthique ! Et ne prenez pas le risque de ne pas connaître la génétique des parents, les conditions du sevrage… Autant de problèmes de santé ou de comportement potentiels dans les mois à venir.

-> Les animaleries : Très clairement, je suis contre. D’origine parfois douteuse, des chiots, des chatons, exposés en pleine lumière dans une cage en verre, dans le bruit, chaque jour, sans stimulation autre que les gens qui défilent et tapotent à la vitre pour attirer l’attention. Quel départ dans la vie ! En achetant dans une animalerie, on participe à ce cercle vicieux, contraire au bien-être animal. L’association One voice en parle très bien dans cet article: animaleries ? Je refuge !

Un chien comme cadeau surprise ? Fausse bonne idée !

Offrir un animal de compagnie à quelqu’un qui se sent seul, ou qui a perdu son animal quelques mois auparavant, ce n’est pas non plus la meilleure des idées.

Il faut être sûr que la personne est désireuse d’avoir un animal, qu’il lui sera adapté, qu’il lui plaira…

Et il faut aussi accepter qu’aucun animal ne remplacera celui qu’elle a perdu. Vous risquez de la mettre dans une situation compliquée, où elle pourrait se sentir obligée de le garder ou culpabiliser de devoir le refuser et le laisser. Ce n’est pas vraiment dans l’esprit de Noël…

Lettre au Père Noël

J’espère que cet article vous aidera à prendre la bonne décision ! J’espère que si le Père Noël me lit et qu’il décide de déposer un être vivant au pied du sapin, il aura pu le choisir dans un endroit respectueux du bien-être animal et que les futurs heureux propriétaires auront à coeur de lui offrir la plus belle des vies, en respect de ses besoins !

One Comment on “Offrir un animal pour noel ?

  1. Wahou ! Bravo pour cet article qui a le mérite d’être clair et honnête même si ça peut déranger !
    Les choses sont dites. Pourvu qu’elles soient entendues.
    Que le Père Noël puisse faire plein d’heureux, pour la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *